Jésus 2.0

Eh oui, ce sera le titre du roman que j'ai imaginé. Ca fait peur hein! Je m'attaque à un gros morceau, tant sur la quantité, c'est quand même un roman que je veux ecrire, tant sur la qualité qu' il me faudra appréhender avec discernement, vu le thème. Ou pas. Il s'agit d'une fiction. De fait toute ressemblance avec des personnages ayant existés serait le fruit d'un hasard bien malvenu. Il va me falloir encore du temps, beaucoup de temps en recherche et en écriture, pour en arriver à bout. Mais c'est vous qui êtres pressés de le lire, pas moi. 

En attendant, en voici quelques extraits:

extrait 1

    Elle était la, brillante, mystérieuse, irradiant de mille feux, d'un éclat légèrement bleuté, chatoyante. Et cet éclat de lumière attirait Henry irrésistiblement, comme si toute sa vie avait été consacrée à l'attendre. Il s'en doutait, le savait depuis la première fois qu'il l'avait aperçue, et elle était la, devant lui, immobile.

    Soudain, il sut pourquoi il avait vécu, pourquoi il n'avait jamais eu de maladies, jamais un rhume, d'accidents ou de blessures de toute sortes. Quelque chose, quelqu'un ? s'était acharné à le maintenir en pleine forme et vivant pour ce moment, et il était arrivé, enfin. Il s'en approcha tout doucement. Il lui fallait absolument la toucher, cette pierre de vie, oui, c'est ce qu'il lui vint à l'esprit, une pierre de vie, mais, ce n'était pas seulement ça, c'était bien plus. Un nouveau départ, un nouvel avenir, une mission, mais il ne le savait pas encore.

    Il vit que plus il s'en approchait, et plus son intensité lumineuse diminuait. En même temps, le décor autour de lui grandissait ainsi que l’objet, la sphère, il s' en rendait compte à présent, grossissait, laissant apparaître des excroissances à sa surface. Oh, elle n'était pas bien grosse, à peine plus qu'une balle de tennis à cette distance. C’est sa taille à lui qui s’adaptait à cette sphère à mesure qu’il s’en approchait, il rapetissait.

    L'idée que cette chose puisse être dangereuse ne lui vint même pas à l'esprit. Il se sentait serein comme jamais il ne l'avait été. Il oublia tout, concentré sur ce qu'il voyait, et continua à s’en approcher encore et encore jusqu'à ce que…….

extrait 2

    C’est ce qui me hante depuis tout ce temps. Cette famille qui n’avait rien demandé et ce chauffeur livreur qui faisait tout simplement son boulot. Tous broyés, par ma faute. Je les revois encore, tous ces morceaux de corps enchevêtrés, déchiquetés, et, l’odeur métallique de ce sang partout. L’odeur, je crois que c’est le pire dans tout ça, l’odeur de sang mêlé à celle des viscères, du carburant, des pneus, des moteurs surchauffés. C’est ça la réalité d’un accident les gars, c’est pas du cinéma...

Ajouter un commentaire

Anti-spam